Mobiliser l’espace du téléachat

October 14, 2014

 

Le réseau du télé-achat redouble d’effort dans l’univers mobile, en incitant les entreprises à se jeter dans la mêlée avec de nouvelles options d’encaissement sur les tendances numériques.

 

De nos jours, les gens passent  plus de temps à regarder leurs appareils mobiles, cela parait donc évident que l’industrie du télé-achat commence  à mettre des efforts supplémentaires dans la vente par l’intermédiaire du « petit écran ». Selon une récente étude faite par l’AdReaction,  les consommateurs américains passent 151 minutes chaque jour sur leur « smartphones » contre 147 minutes qu’ils passent à regarder la télévision,   En dehors des Etats-Unis, le mobile attire encore plus, tel que le mentionne le rapport AdReaction sur les consommateurs chinois qui passeraient 170 minutes par jour devant leurs appareils mobiles. 

 

Etant donné que le mobile est actuellement la tendance du secteur, de nombreuses activités se déplacent dans l’industrie des appareils mobiles, les tablettes et les téléphones. Selon Tim Engle, directeur de la stratégie à Jewelry Television à Knoxville, dans le Tennesee, il faudrait changer nos mentalités et réaffecter les ressources afin de mettre les portables en avant de tout. En effet, la tendance est tellement prédominante que l’équipe de Jewelry Television ne pense même pas à mettre en place ou exécuter des nouvelles stratégies sans considérer en tout premier les appareils mobiles. Lors de l’évaluation du mouvement des mobiles/télé-achat, Engle parle de deux différentes dynamiques actuellement en place. Il y a l’interactivité entre l’écran et l’appareil (tablette, téléphone, etc.), et ensuite il y a la croissance continue du télé-achat en ligne. En chevauchant les deux côtés de la barrière, les chaînes de télé-achat s’éloignent du stéréotype d’être uniquement des réseaux commerciaux de télévision. Du côté mobile de l’équation,  les réseaux tel que Jewelry Television travaillent pour améliorer l’interactivité entre le contenu diffusé et l’article en vente. « Notre objectif sous-jacent est de divertir la clientèle via des émissions en direct et d’un contenu qui raconte réellement notre histoire et éduque la consommatrice sur ce que nous vendons » dit Engle. «  Qu’elle le consomme via la télévision, le téléphone portable, la tablette ou l’ordinateur, plus nous la divertissons avec des histoires de mode, des histoires de pierres précieuses et d’autres types de contenu, plus heureuse elle est, et plus d’argent elle dépense. »

 

Surfant sur la vague 

 

Les plus gros acteurs du secteur du télé-achat sont HSN et QVC. Par exemple, West Chester, Pa-based QVC s’est positionné pour tirer parti de la tendance de l’achat via les mobiles.  En 2013, selon  Paul Capelli, vice président des communications d’entreprise et des affaires de la communauté, 3,2 milliards de dollars du total du réseau (8,6 milliards de dollars) en chiffre d’affaires annuel proviennent  du commerce en ligne (E-commerce). «  Nous avons continué à voir cette dynamique au premier trimestre de 2014 où la commande mobile a augmenté de 60% et a représenté 39% de toutes les commandes en ligne.

 

Le social est aussi en vogue dans l’industrie du télé-achat. En Septembre, QVC a par exemple lancé « toGather » (rassembler, ensemble), une plate-forme de commerce social dans un but de relier ses clients, de mettre en réseaux les personnalités et les personnes derrière ses marques. « toGather reprend la même expérience en ligne permettant à nos clientes de partager leurs trouvailles, idées et conseils, et de découvrir quelque chose de nouveau chaque jour, » dit Capelli, qui prévoit que les réseaux sociaux deviennent plus influents dans l’univers de la vente au détail.

 

Selon Capelli, certains des « instagrammeurs » les plus suivis de Los Angeles étaient présent a l’évènement de 2014 et ont partagé leur expérience avec leur « followers » à travers des clichés pris sur le fait. Selon lui, l’activité des réseaux sociaux autour de l’expérience via Instagram, Twitter et Youtube aurait totalisée 39 impressions.  

 

Encaissement dans les tendances

 

Les nouvelles tendances d’achat des consommateurs et des innovations technologiques sont également en scène à HSN Inc., à St. Petersburg, Florida. D’après Bill Brand, chef marketing et agent de développement des affaires, le digital continue à être un puissant moteur de vente pour HSN, avec les appareils mobiles qui demeurent la partie qui connaît la plus forte croissance de l’activité numérique de l’entreprise. Au cours du premier trimestre de 2014, HSN a par exemple vu ses ventes mobiles augmenter de 44% et elles représentent actuellement 15% de l’activité totale de l’entreprise.

 

Les consommatrices sont toujours à la recherche d’excellent produits et d’une grande valeur, mais plus que tout elles veulent aussi de l’inspiration, de l’engagement et du divertissement, » dit Brand, qui fait référence aux technologies sociales, les appareils portables et les technologies de jeux, comme étant les trois premières principales expériences d’achat influentes en ce moment.  « Les entreprises qui savent comment exploiter cette technologie et la coupler avec des idées et des analyses profondes, sur ce que les clients veulent, auront le plus de succès. »

 

Selon Brand, HSN s’en tient à la stratégie d’intégration de divertissement, dont le PDG est Mindy Grossman. Depuis, l’entreprise a formé des partenariats stratégiques avec le personnel de Coca-Cola, Toyota, Norweigian Cruise Lines et plusieurs autres marques dans un effort de susciter l’engagement du consommateur, stimuler la croissance du chiffre d’affaires, et créer des expériences d’achat unique pour les clientes. » En 2013, HSN a lancé un partenariat avec Univision à travers un portail de commerce en ligne appelé « Boutique Univision. » Promu via une campagne marketing  à travers la télévision HSN et Univision, y compris via l’émission la plus populaire du réseau, Despierta America – le partenariat de plusieurs années a récemment déniché l’actrice Sofia Vergara qui a lancé son premier parfum sur HSN et Boutique Univision.

 

Lorsqu’on a demandé les défis auxquels l’industrie du télé-achat doit faire face en ce moment, Brand mentionne premièrement le fait de créer une expérience d’achat sans faille à travers de multiples plates-formes, un processus que HSN désigne comme « de la vente au détail sans frontières. » Il ajoute ensuite « nous savons que notre cliente veut acheter quand et comme elle veut. Elle est au contrôle  et veut acheter à son propre rythme. »  Rester innovant et offrir continuellement des expériences intéressantes et unique aux consommatrices est un autre obstacle avec lequel les réseaux de télé-achat doivent faire face.

 

Les personnages secondaires

 

Les développeurs d’applications prennent aussi part à l’industrie du télé-achat  en ce moment, en espérant tirer profit de la tendance des appareils mobiles. AdEase est l’un d’entre eux. Selon Cisco Rey, fondateur et développeur, l’application permettra aux consommateurs d’acheter des produits directement depuis leur télévision et aussi d’apprendre plus à propos des entreprises locales via un code affiché sur la publicité même. Les téléspectateurs qui saisissent le code dans l’application pour mobile  seront livrés aux annonceurs spécifiques personnalisés.

Delivery Agent Inc., basé à San Francisco est une autre entreprise qui a pris une participation dans la tendance achat-via-mobile.  Les détaillants tels que H&M utilisent l’engagement des clients et des transactions de la technologie de l’entreprise en vendant des lignes de la marque comme par exemple la collection de sous-vêtement de David Beckham. Cette campagne était particulièrement unique parce qu’elle rapportait un avantage considérable pour la tablette e-commerce de la technologie t-commerce et elle a fourni un moyen pour les téléspectateurs de s’engager et d’effectuer directement des transactions depuis une publicité.  « Tout d’un coup, la télévision peut se comporter comme n’importe quelle autre appareil se comporterait et qui permettrait aux consommateurs d’acheter directement à partir d’elle. »

 

Le point de vue de la commercialisation

 

Tony Little, une célébrité de DRTV a aidé à booster le chiffre d’affaire et l’engagement des consommateurs à HSN. Il s’est taillé une niche pour lui-même dans la catégorie des aliments. « C’est assez intéressant pour nous à HSN que le secteur alimentaire soit de plus en plus en plein essor ; étant donné que ce ne sont pas des ventes faciles a réaliser via la télévision, » dit Tony.

L’industrie de la chaussure est une autre grande zone pour Litlle à HSN, où ses produits recueillent beaucoup d’attention ces jours-ci. Il y a tellement plus d’occasion de vendre  des produits innovants via les chaînes de télé-achat. Cependant cela ajoute un stress supplémentaire de devoir planifier et livrer des produits à temps, surtout à une époque où les perturbations de la chaîne d’approvisionnement peuvent détruire une campagne entière.  «  Nous avons eu énormément de problèmes l’année dernière avec les délais de livraison en provenance de la Chine, » dit Litlle en notant que les échéances manquées ne vont pas de paire avec les chaînes commerciales qui prévoient leurs campagnes jusqu'à un an (ou plus) à l’avance. Litlle dit qu’un manque global d’innovation de produits (sur les parties de commercialisation) a fait grimper la demande pour les articles qui peuvent vraiment faire participer les consommateurs et les amener à appeler ou appuyer sur « acheter » sur leurs appareils mobiles ou ordinateurs.

D’après Litlle, le produit doit « faire réagir » la consommatrice et lui faire sentir qu’elle ne peut pas vivre sans lui. Il ajoute ensuite, « si tu ne peux pas créer une excellente démo, il sera difficile de faire fonctionner ta campagne.»

 

 

 

 

Please reload

Recent Posts
Please reload

Location
Contact

 

T: 828-327-2290

T (France): 09 70 46 46 35​


startupusa@reussirusa.com